Le 25 janvier 2022 a été votée à l'unanimité des organisations syndicales du CHSCT ministériel une expertise pour le risque grave encouru par les agents du ministère et en particulier à la direction des services judiciaires. Malgré un constat soi-disant partagé, et l'adhésion inédite des magistrats et fonctionnaires de greffe à  la "tribune des 3000", le ministre de la justice, représenté par sa secrétaire générale, a refusé la mise en œuvre de cette expertise, attendant la fin du délai imparti pour répondre à la demande.
 
Le recours gracieux a également été rejeté.
 
C'est la raison pour laquelle, alors que la situation est loin de s'améliorer, qu'une tentative de suicide d'un greffier stagiaire a eu lieu entre temps et que les arrêts de travail pour épuisement professionnel continuent de se multiplier, un recours a été engagé devant le tribunal administratif de Paris par le CHSCT M, plusieurs organisations syndicales (SM, CGT, UNSA, CFDT) et des membres du CHSCT M pour obtenir l'annulation de ces décisions.

CP recours TA contre refus expertise risque grave () Voir la fiche du document