Justice des mineurs

Communiqué de presse commun de la CGT, DEI France, Fédération SUD Collectivités Territoriales, Fédération SUD Santé Sociaux, FSU, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’Homme, Unicef, SNPES-PJJ/FSU, SNUASFP-FSU, SNUTER-La FSU Territoriale, Solidaires, Solidaires-Justice, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature au sujet du décret du 23 juin 2020.

Le collectif justice des enfants, dont le Syndicat de la magistrature est un membre actif, aux côtés d'associations (Ligue des Droits de l'Homme, OIP, ...), d'organisations professionnelles (Conseil National des Barreaux) et d'organisations syndicales (Syndicat des avocats de France, SNPES PJJ, CGT..) a adressé une lettre ouverte la ministre de la justice et les parlementaires pour que le projet de code de justice pénale des mineurs soit abandonné et non pas seulement reporté comme l'envisage un projet de loi déposé par le 1er ministre le 7 mai à l'Assemblée nationale. Cette lettre ouverte a recueilli plus de 500 signatures de personnalités diverses et de professionnels de l'enfance.

 

Le 6 avril 2020, le Syndicat de la magistrature, au côté de 19 organisations, a adressé une lettre à la ministre de la Justice et au secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'enfance pour les alerter sur la situation des enfants pendant l'état d'urgence sanitaire, tant en prévention et protection de l'enfance qu'au pénal.