Toutes nos publications

 

Dans le cadre d'un groupe de travail sur l'accès au droit qui se réunit régulièrement, le Syndicat de la magistrature a organisé, avec d'autres associations, un colloque sur l'accès aux droits fondamentaux le 17 mai 2019. Ce colloque s'intitule : L'accès aux droits fondamentaux nécessite une justice et un juge humains ! Un autre chantier pour la justice est nécessaire !

Lire la suite...

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, le 20 juin 2019, d'un nouveau numéro de Délibérée, la revue de réflexion sur la justice animée par le Syndicat de la magistrature et coéditée par La Découverte.

En ouverture, une carte blanche laissée à Johann Chapoutot, Professeur d'histoire contemporaine, spécialiste du droit nazi, interroge, au travers de l'exemple de l'Allemagne en 1933, les éléments qui précipitent vers la sortie de l'État de droit.

Le dossier est consacré à la question de l'égalité devant la Justice et des discriminations. Inégalités partout, Justice nulle part ? Si le tour d'horizon n'est en effet pas rassurant quant à la capacité de la Justice à lutter efficacement contre les inégalités voire à ne pas elle-même en produire comme le montre le traitement judiciaire des Roms en matière de droit au logement ou à l'accès à la scolarisation, certains articles proposent des pistes de réflexion pour tenter d'y remédier. Mieux identifier et appréhender plus finement les mécanismes de discrimination, développer certaines notions utiles telles la discrimination sur l'apparence physique ou le capital procédural, agir en faveur du développement d'une véritable culture de l'analyse et de l'évaluation de nos propres pratiques aussi bien au sein de nos parquets en matière pénale, que comme juges des enfants face à des familles en situation de transculturalisme. Des pistes qui ne sont évidemment pas exhaustives mais permettent de penser, au-delà d'un constat assez pessimiste, des actions concrètes.

À l'occasion des rubriques, vous retournerez en Turquie, où la répression continue de sévir notamment contre les avocats, suivre le long et difficile parcours judiciaire d'une personne ayant perdu des proches lors de l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra, vous reviendrez sur le poncif martelé et instrumentalisé ad nauseam selon lequel il y aurait, en France, un chiffre noir très important de "peines inexécutées", ou encore sur la lutte menée contre la dématérialisation de la prise de rendez-vous en Préfecture pour le service d'accueil des étrangers. Ce dernier point doit nous inspirer si nous ne souhaitons pas que cette dématérialisation, évidemment appelée à se généraliser, ne soit synonyme de dissolution du service public.

Délibérée a cette fois choisi d'interroger Christine Lazerges sur son parcours et son bilan après deux mandats exercés à la tête de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme : un entretien qui doit nous alerter quant aux atteintes répétées aux libertés fondamentales, et un mépris de plus en plus en plus marqué pour les droits humains et leurs défenseurs et défenseuses par ceux qui nous gouvernent.

Enfin, cette nouvelle livraison contiendra également le dernier volet de notre série engagée sur le chiffrement, ainsi qu'une réflexion sur le retour en grâce, depuis quelques années, chez les parlementaires tant de droite que de gauche, des mécanismes d'automaticité dans le choix des peines.
Vous trouverez ci-joint la double page sommaire/auteurs de ce numéro 7, auquel ont contribué, outre des magistrates et magistrats de l'ordre judiciaire (dont nos deux dessinateurs), des personnalités aux horizons divers qui font la richesse de cette publication : avocate, chercheur et chercheuses de différentes disciplines du droit, historien, sociologues, géographe, journaliste, membre de l'OIP, ou simple citoyen faisant l'expérience d'une confrontation à la Justice.

Face au déni de la chancellerie, qui s’obstine à faire comme si notre système judiciaire pouvait fonctionner de manière satisfaisante avec des effectifs et des moyens qui font de la France la honte de l’Europe, le Syndicat de la magistrature a lancé au mois de février dernier une grande enquête sur la charge de travail, avec un questionnaire adressé à l’ensemble des magistrats.

Lire la suite...

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, le 28 février 2019, d'un nouveau numéro de Délibérée, la revue de réflexion sur la justice animée par le Syndicat de la magistrature et coéditée par La Découverte.

En ouverture, une carte blanche laissée à Pierrette Poncela, professeure émérite de droit pénal, revient sur les actualités foucaldiennes dans une économie pénale aujourd'hui dominée par les notions de précognition et de gouvernementalité néolibérale.

Pour le dossier, Délibérée a souhaité faire un pas de côté, et traiter des relations entre jeu et droit. Un dossier tout à la fois ludique et instructif, qui permet d'explorer la théorie du droit pour mieux en interroger les pratiques et tenter de comprendre pourquoi, en matière de justice comme en matière de jeux, selon les termes d'un professeur de droit américain, « les mêmes gardent toujours l'avantage » ; l'occasion encore de découvrir un exemple de justice de classe sous l'Ancien Régime, de tâter les frontières entre univers virtuel, droit pénal et droit des contrats, mais aussi de rattraper l'actualité par la bande avec un article faisant le point sur les conséquences néfastes prévisibles de la privatisation de la Française des Jeux, et un autre revenant sur le régime des interdictions administratives de stade.

Délibérée a également fait comparaître à la barre, pour l'interviewer,Pascale-Robert Diard, chroniqueuse beaucoup lue dans le monde judiciaire.

Cette nouvelle livraison contiendra également une réflexion sur les opinions séparées, la tentation du (se) faire justice, ainsi que le premier volet d'une série tragi-comique sur les partenariats public-privé en matière d'immobilier judiciaire.

Les rubriques, enfin, vous feront voyager aux Etats-Unis, interrogeront la force probante des procès-verbaux de police en cette période de répression féroce de mouvements sociaux, et vous livreront le récit singulier d'expériences de la transphobie judiciaire, comme celui d'un combat livré pour faire reconnaître une maladie professionnelle.

Vous trouverez ci-joint la double page sommaire/auteurs de ce numéro 6, auquel ont contribué, outre des magistrates et magistrats de l'ordre judiciaire (dont deux dessinateurs), des personnalités aux horizons divers qui font la richesse de cette publication : avocate, chercheurs et chercheuses de différentes disciplines du droit, archiviste et historiens, sociologue, professeurs en sciences économiques, politiste.

Feuilleter le sommaire de Délibérée 6

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, le 25 octobre 2018, d'un nouveau numéro de Délibérée, la revue de réflexion sur la justice animée par le Syndicat de la magistrature et coéditée par La Découverte.

Après une carte blanche laissée à Geneviève Giudicelli-Delage, professeure émérite spécialiste en droit pénal, dans laquelle elle revient sur le principe fondamental d'égale dignité humaine, le dossier de la revue est cette fois consacré à la notion d'impartialité, qu'il s'agit de circonscrire en interrogeant particulièrement la distinction entre impartialité, subjectivité et neutralité. Le fantasme de la "politisation de la justice" ne manque pas d’être réactivé périodiquement par ceux dans la classe politique qui invoquent à tort et à travers la notion d’impartialité, en mélangeant tout, dans le seul but d’attaquer le syndicalisme judiciaire et de discréditer la justice. Dans ce contexte, la nécessité de dire ce qu’est un juge impartial est apparue impérieuse. 

Vous pourrez y lire également, de façon plus récréative, une interview d'Anne Landois, scénariste puis showrunnerde la série Engrenages, la série « que les juristes adorent détester (ou l'inverse) ».
Cette nouvelle livraison contiendra également une réflexion sur le droit pénal de l'application des peines saisi par la notion de dangerosité, sur l'accès à la justice en outre-mer, la religion en prison, la question de l'accès au droit du point de vue d'une écrivaine publique, un point sur la situation de la justice au Burkina-Faso, mais également un retour sur le traitement des réfugié-e-s espagnol-e-s de la guerre civile ou les combat judiciaires pour la conquête de droits pour les personnes LGBTI, ainsi que quelques autres choses encore.

Vous trouverez ci-joint la double page sommaire/auteurs de ce numéro 5, auquel ont contribué des magistrates et magistrats de l'ordre judiciaire (dont deux dessinateurs) et administratif, une avocate, une écrivaine publique, des sociologues, un historien, une professeure documentaliste et une professeure émérite en droit.

Excellente lecture !

Feuilleter le sommaire de #Délibérée 5