Notre publication

La revue "Délibérée"

Le dossier de ce numéro de juillet 2021 est consacré aux « Justes Enfances », toujours avec un regard pluridisciplinaire et interrogatif. «Que se passerait-il si la société, au lieu d’essentialiser, diaboliser, angéliser, catégoriser l’enfance dans une logique de préservation de l’ordre social, prenait réellement au sérieux les enfants, leurs besoins, leur protection, leurs aptitudes, leurs conditions matérielles de vie et se donnait les moyens de les mettre en capacité de s’émanciper, y compris des adultes qui les encadrent ? ». Une philosophe, un sociologue des primes socialisations, un pédopsychiatre mais aussi des magistrat·es et une avocate, abordent la place des normes et des institutions dans l'émancipation des enfants ou font part d'expérimentations judiciaires et de travaux de recherche, en France comme à l'étranger. Que font les enfants aux institutions et inversement, quelle prise en charge des adolescent·es dit·es difficiles ou « patates chaudes » des institutions, quelles évolutions de la fonction de juge des enfants, quel accès au droit efficient pour les enfants, comment penser et repenser le statut juridique de la minorité, et enfin, émanciper par le droit ? Outre ses rubriques habituelles, Délibérée donne ici également carte blanche au dessinateur Claude Ponti.

 

Pour accéder à la version numérique ou vous (ré)abonner en ligne, rendez-vous sur le site de Cairn.info. 

et pour vous (ré)abonner par courrier : le bulletin d’abonnement est à imprimer en pièce jointe et à renvoyer par la poste à l’adresse indiquée. 

Pour celles et ceux qui hésitent encore à s'abonner, certains articles publiés dans les précédents numéros sont en accès libre sur le nouveau site Internet : https://revue-deliberee.org et le blog de la revue https://blogs.mediapart.fr/revue-deliberee/blog.

Pour contacter la rédaction : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et en cas de difficulté concernant votre abonnement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous pouvez aussi vous procurer la revue Délibérée dans toutes les bonnes librairies.

 

 

Sommaire n°13 (215.62 KB) Voir la fiche du document

Bulletin d'abonnement (319.77 KB) Voir la fiche du document

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, ce 25 mars, d'un nouveau numéro de Délibérée, la revue de réflexion sur la justice que nous animons, coéditée par La Découverte.

En ouverture, carte blanche a été donnée à Émilie Biland, Nicolas Rafin et Hélène Steinmetz, membres de l'équipe de recherche pluridisciplinaire JUSTINES qui produit les analyses parmi les plus stimulantes en matière d'inégalités face à la justice du quotidien et de l'intime, pour aborder un sujet criant d'actualité : quelle régulation de la vie privée et familiale, pour quel(s) intérêt(s) et protection(s) ?

Délibérée a ensuite entendu consacrer son dossier, qui doit largement à une collaboration avec le Cesdip, à la police. Il s'agit ici de tenter de se décentrer de la seule question du maintien de l'ordre, certes importante mais qui occupe déjà beaucoup l'espace médiatique, et d'aborder le sujet sous l'angle du pouvoir. Quel pouvoir sur/de la police ? Quelles mutations passées et à venir de cette police qui paraît en voie d'autonomisation avancée ? Quel rôle de l'État, à ses différents échelons, et d'autres acteurs politiques ou institutionnels ? Comment policer la police ? Et, pour tenter de resituer la place du judiciaire dans cette cartographie du pouvoir, notamment s'agissant de la question des violences policières, nous avons prolongé ce dossier par une audition libre un peu particulière, puisque ce sont cette fois deux magistrates, membres du bureau du SM et de la rédaction, qui ont été passées à la question par deux personnalités peu suspectes de complaisance avec les institutions policière et judiciaire…

En varia, vous pourrez lire le portrait bouleversant de Léon Lyon-Caen, grand magistrat, qui défendit une conception de l'office d'un juge nécessairement engagé dans la défense des libertés ; à l'heure où celles-ci sont attaquées, où des élus portent encore l'idée de l'interdiction du syndicalisme dans la magistrature, il est bon de se tourner vers l'histoire et celles et ceux qui ouvrirent la voix de l'engagement par le droit. Nos rubriques vous permettront de vous interroger sur la justice transitionnelle en Colombie et ses enjeux politiques, de vous mettre au clair avec le devoir de réserve des fonctionnaires ou assimilés, ou encore d'entendre la parole d'un justiciable faisant la triste expérience d'un processus judiciaire violent et validiste. Enfin, parce qu'il est utile en cette période morose pour les libertés de garder en mémoire que les luttes collectives se construisent dans le temps et finissent par payer, nous vous présenterons le récit de la guerilla juridique qui a permis la reconnaissance de la notion de racisme systémique en entreprise.

Nous vous joignons la double page sommaire/auteurs et autrices de ce numéro 12, auquel ont contribué, outre des magistrates et magistrats de l'ordre judiciaire (dont nos deux dessinateurs), des personnalités aux horizons divers qui font la richesse de cette publication.
Vous trouverez également ici un article du journal Le Monde de ce jour présentant ce dernier numéro de la revue.

 

Sommaire Délibérée #12 (110.24 KB) Voir la fiche du document

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, le 13 juillet 2020, d'un nouveau numéro de Délibérée, la revue de réflexion sur la justice que nous animons, coéditée par La Découverte.

Carte blanche a été donnée à l'écrivaine Marie Cosnay, engagée dans l'accompagnement des mineur·es exilé·es, qui vient ici interroger puissamment notre conception de l'enfance, des droits et et de la vulnérabilité.

Le dossier de la revue est une variation autour de la question suivante : « la propriété, sans le vol ? ». Il s'agit, dans une logique émancipatrice, d'explorer les différentes dimensions, utilités et expériences de la propriété, qu'il s'agisse de celle des moyens de production, de propriété numérique et d'accès aux savoirs, d'accès au logement, ou, plus largement, de notre façon d'habiter la terre.

Pour l'audition libre, Délibérée, est partie à la rencontre de Raymond Depardon et Claudine Nougaret, qui ont tant à nous dire sur leur engagement artistique, le rapport à l'image, sur les institutions en général et la Justice en particulier, après tant d'années à la scruter et décortiquer.

Dans les rubriques, un tour du côté de la justice constitutionnelle portugaise en temps de crise économique permettra sans doute de puiser quelques idées pour les temps difficiles qui s'annoncent post covid19 tandis que le storytelling de l'efficacité de la vidéosurveillance pour lutter contre l'insécurité sera largement écorné. Puis la propriété, de nouveau, sera interrogée, sous l'angle cette fois de la guerilla juridique qu'il y a lieu de continuer à mener afin que ce ne soit pas toujours la propriété qui l'emporte...

Enfin, vous lirez en varia un texte sur le retour en force inquiétant des fouilles intégrales en détention, ainsi que la suite de notre exploration de la thématique droit et management avec une incursion du côté de l'histoire.

Nous vous joignons la double page de couverture sommaire/auteurs et autrices de ce numéro 10, auquel ont contribué, outre des magistrates et magistrats de l'ordre judiciaire (dont nos deux dessinateurs), des personnalités aux horizons divers qui font la richesse de cette publication : écrivaine, sociologues, historien, Professeure et maîtresses de conférence en droit, magistrat étranger, juriste, chercheurs et chercheuses, militants et militantes, parfois plusieurs choses à la fois.

 

Sommaire Délibérée #10 (779.76 KB) Voir la fiche du document

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, le 26 mars 2020, d'un nouveau numéro de Délibérée, la revue de réflexion sur la justice que nous animons, coéditée par La Découverte. Il s'agit d'un numéro spécial consacré à la thématique Justice & Médias ; spécial en ce qu'il a été élaboré en partenariat avec Acrimed - association qui met en commun savoirs professionnels, théoriques et militants au service d’une critique des médias -, et en ce qu'il déborde le cadre traditionnel du dossier pour s'étendre également à l'ensemble de nos rubriques.

La question de l'influence médiatique sur la Justice n'est pas nouvelle. L'évolution des médias et notamment l'émergence des réseaux sociaux, semble venir renouveler le débat : « vers une Justice populiste ? » interroge Olivia Dufour, journaliste et autrice d'un ouvrage sur la question, qui a accepté de se prêter au jeu de notre traditionnelle audition libre. Une magistrate italienne témoigne du reste de ce que fût rendre la Justice sous un gouvernement populiste n'ayant eu de cesse d'utiliser les médias contre celle-ci. Un passage par une mise en perspective historique au travers l'analyse de journaux à grand tirage du début du XXe siècle montre que certaines représentations fantasmées de la Justice n'ont pas attendu les nouvelles formes médiatiques pour émerger dans la presse, tandis que les réseaux sociaux contribuent sans doute à crisper les débats, mais aussi à pointer certaines défaillances de la Justice. Dès lors, s'il faut continuer à considérer d'un œil critique la façon dont les médias parlent de la Justice et la représentent encore trop souvent, entre folklorisation et dépolitisation, encore faut-il interroger – ici lors d'un entretien croisé avec un magistrat et un journaliste et ancien porte-parole du garde des Sceaux - la façon dont la Justice se donne elle-même à voir et communique. Et bien évidemment interroger son action, susceptible de porter atteinte à la liberté d'expression et d'information. La loi de 1881 est une loi de protection de la liberté de la presse ; mais de plus en plus voit-on porter des coups de boutoir à cet édifice protecteur, dont il faut - nous expliqueront deux avocats spécialistes de la question -, réaffirmer le caractère indispensable. Liberté de la presse, certes, mais dans une certaine mesure, le journalisme d'investigation ne s'apparente-t-il pas à un « journalisme de démolition » qui vient concurrencer voire mettre à mal la Justice ? Vous le découvrirez en lisant notre rubrique souverains poncifs...Enfin, parce que les médias sont astreints à des logiques économiques qui précarisent les journalistes, une pigiste engagée sur ce front nous donnera à voir comment l'arme du droit peut être mobilisée ; l'histoire des ex-salariées de Samsonite nous montrera comment lutter par le droit et médiatiser la lutte par le théâtre.

Enfin, vous trouverez dans cette nouvelle livraison, hors thème Justice & Médias, une carte blanche passionnante laissée au Professeur de philosophie du droit François Ost, qui nous explique pourquoi « malgré tout », nous avons encore, et peut-être même plus que jamais, besoin du droit. Vous pourrez lire en outre un article consacré au pseudo-syndrome d'aliénation parentale, et enfin le premier volet d'une nouvelle série sur Justice et management, consacré aux grandes réformes structurelles.

Nous vous joignons la double page sommaire/auteurs de ce numéro 9, auquel ont contribué, outre des membres d'Acrimed et des magistrates et magistrats de l'ordre judiciaire (dont nos deux dessinateurs), des personnalités aux horizons divers qui font la richesse de cette publication : avocats, Professeur de droit et de philosophie du droit, historienne, documentariste, et journalistes.

Feuilleter le sommaire de Délibérée #09

Sommaire Délibérée #09 (72.13 KB) Voir la fiche du document